Tarbes-Altenkirchen

ALTENKIRCHEN

Allemagne - 24 juin 1972

L’aventure du jumelage de Tarbes et d’Altenkirchen a commencé en 1962, quand les anciens prisonniers de guerre des deux villes, à peine sortis de leur épreuve, ont eu le courage et la lucidité de se rencontrer, de faire taire leurs rancœurs et de se tendre la main. Profitant de leurs connaissances linguistiques acquises en captivité, et avec la volonté des présidents Roch, Lassale et John, les obstacles ont été surmontés et les villes de Tarbes et d’Altenkirchen ont voulu, elles aussi, contribuer à la construction d’une nouvelle Europe.

Ce jumelage a été l’œuvre des municipalités de Tarbes et d’Altenkirchen et de leurs maires MM. Boyrie et Klochner. C’est le 27 juin 1972, dans la salle des Fêtes de l’Hôtel de Ville de Tarbes et dès l’été 1972, que 50 jeunes écoliers et collégiens d’Altenkirchen sont arrivés en gare de Tarbes pour un séjour de trois semaines, à l’issu duquel ils ont regagné l’Allemagne accompagnés de leurs correspondants français. Les années suivantes, le nombre de jeunes augmentait et les échanges se sont poursuivis jusqu’à nos jours. Rappelons que dès 1973 ces échanges franco-allemands s’enrichissaient des relations scolaires entre Tarbes et sa ville jumelle de Huesca, ce qui a donné lieu à des manifestations tripartites.

Le monde de l’économie a également profité de ce jumelage. La Chambre de Commerce et d’Industrie de Tarbes et de la Bigorre a mené des échanges fructueux, suivis par des visites d’entreprises et de contacts privilégiés entre les acteurs économiques, de Bigorre et d’Allemagne.

D’autres échanges, gastronomiques ceux-là ont aussi eu lieu, mais aussi culturels grâce au club franco-allemand des Pyrénées qui proposait, outre les échanges scolaires dont la mairie lui avait donné la charge, des cours d’allemand gratuits ainsi qu’un trimestriel bilingue « La chaîne de l’amitié »… Un véritable bouillonnement d’activités et d’échanges qui dure depuis. Les jeunes qui ont vécu cette expérience en ont acquis la conviction que les différences ne conduisent pas inexorablement à l’affrontement, mais plutôt à un enrichissement réciproque et au cheminement ensemble vers la paix et la fraternité.

Situation :
Altenkirchen est le chef lieu Wersterwald.
Riche en pâturages et en forêts, Altenkirchen a une forte tradition agricole et industrielle.
Ses 6.800 habitants profitent au quotidien d'une ville chaleureuse bénéficiant d'un important centre culturel et d'un plateau piétonnier très attractif. Altenkirchen, ville jumelle de Tarbes, une amitié forte en symboles : à découvrir et à redécouvrir.

Voir le site Internet d'Altenkirchen >>