Les chenilles processionnaires

Les chenilles processionnaires du pin

Avec l’hiver particulièrement doux que nous connaissons cette année, il y a une recrudescence de chenilles processionnaires du pin sur tout le territoire de la commune. La Ville de Tarbes a déployé tout un arsenal de lutte contre ce fléau naturel.

  • Mise en place de pièges à phéromones pour la capture du papillon mâle, efficace au mois de juin, lorsque les papillons sortent du sol pour recommencer un cycle en cime des arbres (ponte).
  • Eco piège : ceinture du tronc pour la capture des chenilles lorsqu’elles descendent de l‘arbre. De nouveaux pièges seront installés prochainement sur ce site.
  • Mis en place de nichoirs à mésange qui sont de précieuses auxiliaires car elles sont très friandes des chenilles.
  • La lutte physique : coupe et destruction des nids, méthode efficace dans la mesure où les chenilles sont présentes dans le nid au moment de la coupe. Les températures actuelles n’étant pas assez basses, les nids coupés n’abritent pas forcément les chenilles et elles les retissent en suivant.
  • La lutte biologique : traitement des arbres à un certain stade larvaire des chenilles (L2/L3), en septembre/octobre : efficacité faible compte tenu de la hauteur de certains arbres et de l’enchevêtrement des cycles biologiques de la processionnaire consécutif au réchauffement climatique accéléré de ces dernières années.
  • Plus radicalement l’abattage des pins, les chenilles sont principalement inféodées au pins maritimes, lorsque la plante hôte est absente, elles n’hésitent pas à coloniser les Cèdres…. Il faut donc conserver des réservoirs de plantes hôtes (pins maritimes) pour éviter la dispersion des papillons sur les cèdres.

Malgré tous ces efforts, il y a persistance du phénomène, cependant d’ici quelques jours la majorité des chenilles restantes seront descendues des arbres et se seront enterrées pour achever leur métamorphose (chrysalides) et commencer un nouveau cycle avec l’envol des papillons en juin.

Ces chenilles sont particulièrement urticantes, leur contact provoque des lésions cutanées et il convient donc de ne pas les toucher et de garder les chiens à l'écart.

Cycle biologique de la chenille processionnaire

La chenille processionnaire est la larve d’un papillon de nuit, le Thaumetopoea processionea.

Le cycle biologique de la chenille processionnaire commence fin juin, début juillet. Les papillons (issus de la chrysalide) s’accouplent et les femelles pondent leurs oeufs regroupés en manchon autour de 2 aiguilles de pin (en général pins maritimes, cèdres, pins laricios). Les oeufs éclosent fin août début septembre et les jeunes chenilles vont subir 5 stades de mues successives. C’est au cours de leurs mues qu’elles tissent un nid soyeux pour passer l’hiver. A la fin de l’hiver, lorsque la température remonte, les chenilles descendent en se suivant, formant des processions, pour aller s’enfouir dans le sol. Elles s’y transforment en chrysalides, et au début de l'été deviendront papillons.

Impact sur l'environnement et sur l'être humain

A l’état de chenille, cet insecte est un ravageur des forêts de pins. Il cause des dégâts dès l’éclosion, qui deviennent de plus en plus importants au fil des mues, de l’automne à la fin de l’hiver. C’est à partir du 3è stade de mue, courant octobre, qu’apparaissent les premiers poils qui contiennent des histamines et qui sont très urticants pour l’homme et les animaux (nombreuses observations chez les animaux domestiques). Les poils urticants se terminent en pointe et portent à leur extrémité de petits crochets. Ils se détachent facilement de la chenille lors d’un contact ou sous l’effet du vent qui les dispersent dans l’environnement. 

Les poils dispersés dans l’environnement, en grande quantité notamment suite à une action inadaptée, peuvent causer des problèmes pendant longtemps : leur effet irritant persiste plusieurs années après la disparition des chenilles. Le contact avec les poils urticants peut affecter la peau, les yeux, les voies respiratoires, la bouche.

Conduite à tenir en leur présence

Ne pas s’approcher de ces chenilles et surtout ne pas les toucher.

  • Tenir les enfants éloignés, délimiter un périmètre de sécurité.
  • Ne pas laisser les enfants jouer à proximité d'un arbre atteint. A distance, les munir de vêtements à longues manches, de pantalons, d'un couvre-chef et éventuellement de lunettes.

En cas de contact...

Dans tous les cas, appelez le 15 pour plus de prudence

  • Avec la peau

Oter tous les vêtements et les manipuler avec des gants. Laver la peau abondamment à l'eau et au savon. Brosser soigneusement les cheveux si nécessaire.

  • Avec les yeux : 

Les yeux doivent être rincés, chez un ophtalmologue. 

  • Avec les voies respiratoires : 

L'évaluation des symptômes respiratoires se fait par un médecin. Celui-ci donne un traitement adapté aux symptômes. 

  • Avec la bouche : 

Dans tous les cas de contacts appeler les parents. Des signes peuvent apparaître jusqu’à 8 heures après le contact.