Espaces verts, Espaces publics

 

Une gestion éco-responsable des espaces verts comme les parcs et jardins consiste à modifier les pratiques afin d’utiliser le moins d’intrants possibles (eau et produits phytosanitaires, carburants...) et produire moins de déchets.

De nombreuses actions ont été entreprises depuis 2005 afin d'entretenir nos parcs, jardins et espaces verts (allées, places, arbres, ronds-points) dans un souci de les pérenniser et de les gérer durablement.

LA PHILOSOPHIE DU FLEURISSEMENT

Le fleurissement du Jardin a été repensé, de nombreuses plantes vivaces et graminées ont été introduites afin de diminuer la consommation d’eau et favoriser la biodiversité.

LE RENOUVELLEMENT DES ARBRES

Il est programmé dans un souci d’enrichissement botanique. La perte de sujets importants due au vieillissement naturel, aux accidents climatiques à répétition de ces dernières années, ainsi qu’aux « épizooties » (graphiose de l’orme par exemple) a permis aux jardiniers d’engager une action de renouvellement des sujets en favorisant la diversité des origines et des espèces pour un enrichissement des collections.

  • Chaque année une somme de près de 25.000 € est consacrée à l’entretien du patrimoine arboré, incluant taille, élagage et abattage, et de près de 15.000 € pour la replantation.
  • En 2009, 37 arbres ont été plantés pour 25 arbres abattus, y compris ceux de la tempête « Klaus » du 25 janvier 2009. Pour chaque arbre abattu, au moins un arbre est replanté.

Le résultat de cette politique volontariste soutenue par la Municipalité est maintenant sur les zones du jardin qui avait été dévasté lors des tempêtes des années 2000 et 2009.

L'INTRODUCTION DE LA PROTECTION BIOLOGIQUE EN EXTERIEUR

  • emploi de coccinelles pour la lutte contre les pucerons du Tulipier de Virginie ( Liriodendron Tulipifera) et le puceron du rosier
  • installations de pièges : à phéromones pour la capture du papillon mâle de la chenille processionnaire du pin et  la mineuse du marronnier ; pour la capture de la chenille processionnaire alors qu’elles descendent des pins pour réaliser leur métamorphose dans le sol et des limaces s’attaquant aux plantes fleuries ;
  • usages : de produits d’origine biologique ou d’autres auxiliaires : chrysope pour le puceron et la mineuse du Laurier Tin
  • mise en place de « maisons d’hivernage » pour les insectes (chrysopes)
  • pose de nichoirs à mésange et rouge gorge

 

LE CHANGEMENT DE METHODE POUR LA TONTE

Passage au mulching, la matière organique issue de la décomposition des déchets de tonte n’est plus exportée mais laissée sur place, ce qui facilite la vie microbienne du sol et par conséquent une limitation de l’usage des engrais.

Cette action permet de limiter le transport de déchets verts sur le plate forme de compostage et aussi le dégagement de CO2 des véhicules.

 

AUTRES ACTIONS

  • Utilisation d’un véhicule fonctionnant au GPL pour l’entretien du parc
  • Maintenance avec un niveau d’exigence élevé de l’aire de jeux, du mobilier urbain.
  • Formation des agents à la PBI,aux méthodes alternatives de désherbage, au nouveau fleurissement.
  • Réfection de la peinture de l’ossature métallique de l’Orangerie, intérieur et extérieur.
  • Gestion raisonnée du pompage alimentant les canaux et lacs du Jardin afin de limiter les effluents rejetés dans le réseau Eaux pluviales.
  • Désherbage alternatif : manuel, mécanique, thermique afin de réduire l’usage de produits chimiques dans le cadre du plan communal de désherbage.
  • Aménagement d’un jardin thématique dans le cadre des travaux de restructuration du Musée Massey : « Jardin de plantes « tinctoriales ».
  • Enrichissement de la collection de cactées et succulentes de l’Orangerie.
  • Renouvellement progressif de la signalétique du Jardin, (plan général, arbres remarquables, monuments et statuaire, dénomination des allées), Orangerie.
  • Signalétique appropriée du jardin thématique dans le cadre du réaménagement des abords du Musée Massey.
  • Réflexion en cours sur l’avenir du Parc animalier, de sa restauration éventuelle (mini ferme).
  • Restauration de kiosque à musique. (Sécurisé en 2010).

Surface : 114 870 m²

ACTIONS MENEES

Tester l’utilisation d’outils électriques pour les jardiniers

Descriptif : 

Achat des outils électriques suivants pour réaliser des tests : souffleur, sécateur, taille haie et débroussailleuse électrique

Objectifs : 

Environnementaux : réduire les nuisances sonores et la pollution de l’air
en limitant le dégagement de CO² des souffleurs
Social : améliorer les conditions de travail (matériel plus léger et moins bruyant)
économique : diminuer les frais de santé, liés aux troubles de l’audition et aux troubles musculo-squelettiques 

Projets avec l’Institut Médico Educatif et avec le lycée Adriana

Descriptif : 

Pour l’IME : un éducateur spécialisé et 12 élèves du secteur adolescent participent aux différents travaux des serres municipales à raison d’une journée par mois par groupe.
Pour le lycée Adriana : un professeur d’horticulture et une classe d’élèves en production travaillent sur le cycle de production des suspensions. 

Objectifs : 

Valoriser notre approche, notre outil de production et nos méthodes de travail.
Partager nos compétences avec d’autres acteurs de la profession.
Développer des aptitudes sociales, comportementales et professionnelles

Utilisation des feuilles en paillage

Descriptif : 

A l’automne, les feuilles mortes sont broyées sur place et directement répandues dans les massifs d’arbustes les plus proches.

Objectifs : 

Réduire l’exportation de matière organique en utilisant les feuilles mortes
Activer la vie micro biologique du sol (la faune du sol)
Diminuer les émissions de Gaz à Effet de Serre
Créer son propre paillage
Limiter la pousse des adventices (plante qui pousse spontanément dans une culture et dont la présence est plus ou moins nocive à celle-ci.)
Réduire la charge de travail
Limiter les déplacements pour évacuer les feuilles mortes

Culture des plantes en protection biologique intégrée

Descriptif : 

Mise en place de méthodes culturales afin de réduire les produits phytosanitaires (pesticides utilisés pour prévenir ou soigner les maladies) :

  • Vide sanitaire : entre deux périodes de culture les tunnels sont ouverts pour permettre l’éradication des ravageurs et des résidus de culture, soit par le gel, soit par la chaleur.
  • Choix des plantes : plantes moins consommatrices d’eau et qui fleurissent plus longtemps, à petites fleurs (s’abiment moins avec la pluie).
  • Auxiliaires : larves de coccinelle contre les pucerons et en dernier recours produit chimique très ciblé qui ne s’attaque pas aux coccinelles.
  • Diminution des gradients : les serres ne sont plus chauffées à 18°/20° mais à 13°/14° en élevage et à 7°/8° en durcissement. La culture est plus longue mais les plantes obtenues sont plus résistantes à la reprise en massif et il y a moins de ravageurs, moins de maladies.
  • Pincement : par pincement, on taille le bout de la plante où se trouvent les pucerons, ils sont ainsi éliminés mécaniquement. On obtient par ailleurs des plantes plus ramifiées qui ont moins de fleurs donc une meilleure pousse.
  • Mycorhize ou stimulateur de vitalité : champignon qui permet les échanges nutritifs entre le substrat et la plante qui sera ainsi moins sujette au stress et poussera mieux.
  • Certiphyto : deux agents ont suivi des stages et sont habilités Certiphyto (certificat de capacité à traiter avec des produits chimiques). 

Objectifs : 

Favoriser la biodiversité végétale et les auxiliaires.
Mise en place de nouvelles techniques culturales.
Réduction de l’utilisation des produits chimiques.
Sensibiliser le grand public.

Production de fleurs coupées aux serres municipales

Descriptif : 

Création de compositions florales à partir des fleurs coupées produites aux serres municipales, une vignette le signale. Proposer aux agents municipaux de participer à des ateliers afin d’apprendre à créer des bouquets et aussi d’être sensibiliser à l’action DD des serres municipales.

Objectifs : 

Lutter contre le changement climatique.
Préserver les ressources naturelles.
Remplacer les achats de fleurs coupées par la production en interne aux serres.
Répondre aux besoins en décoration florale des bâtiments municipaux et des manifestations organisées à l’hôtel de ville.
Sensibiliser les agents municipaux par l’organisation d’animations : visite des serres municipales, de la parcelle de production de fleurs, formation à la confection de bouquets. Des animations sont programmées au printemps, en été, en automne et en hiver afin de découvrir la production des fleurs de saison. 

Récupérer les eaux de pluie au Centre Technique Municipal

Descriptif : 

Installation d’une citerne d’eau de 2 200 litres servant à récupérer les eaux de pluie de la toiture du local de l’équipe Propreté du secteur Tarbes Est (avenue Hoche).
Cette eau de pluie récupérée permettrait d’alimenter certains outils (nettoyeur à haute pression à poste fixe, nettoyeur haute pression à cuve embarquée, citernes d’arrosage, cuves de désherbage) et autres machines (balayeuse du secteur notamment). 

Objectifs : 

Economiser l’eau du réseau « Eau potable Ville » et de la nappe phréatique
Récupérer l’eau de pluie, pour l’utiliser lors des travaux municipaux (nettoyage…)
Multiplier l’idée sur d’autres sites (système par gravitation)