Eco responsabilité

C’est un défi à relever ensemble, sur nos lieux de travail, pour évoluer et acquérir au quotidien d’autres comportements, d’autres modes de consommation et ainsi réduire nos gaspillages.

Eco responsabilité des services publics
Le concept « éco responsabilité des services publics » est créé en 1995. Pour une administration : « Etre éco responsable, c’est repenser ses modes de gestion et adapter ses comportements pour limiter les impacts environnementaux, sociaux et économiques de son mode de fonctionnement interne ».

En 2002, la France déclare, dans sa Stratégie Nationale de Développement Durable, que l’Etat doit devenir exemplaire et prendre en compte le développement durable dans le fonctionnement de l’administration ! C'est-à-dire, il doit se transformer en administration plus responsable, économe et soucieuse des conséquences de ses activités.
En 2006, la France actualise sa Stratégie Nationale de Développement Durable.

En décembre 2008, le Premier ministre a réaffirmé la nécessité pour l’Etat d’être exemplaire au regard du développement durable.

 

Environnement

L'environnement est aujourd'hui envisagé essentiellement comme cadre de vie des êtres vivants à la fois fragile, précieux et à préserver.

Eco produit

Un achat durable ou un éco produit entraîne moins de nuisance pour l’environnement durant son cycle de vie qu’un autre produit similaire.
Intégrer la protection de l’environnement dans la commande publique, c’est donc agir pour diminuer les consommations de ressources naturelles, limiter les pollutions, lutter contre les émissions de gaz à effet de serre, et minimiser la production de déchets.
Ces éco produits sont notamment ceux qui répondent aux exigences d’un écolabel officiel, comme par exemple l’écolabel européen ou l’écolabel français (NF Environnement).



Penser en terme de coût global du produit, c’est à dire en terme de cycle de vie du produit, c’est à chaque achat, analyser, au regard du respect de l’environnement, le système de production et de livraison du fournisseur, la durée de vie du produit et son élimination (produit recyclable ou non recyclable).
L’éco produit est avant tout un produit de qualité : son éventuel surcoût n’est souvent pas lié à ses caractéristiques écologiques mais à sa qualité. Un meuble qui dure dix ans au lieu de cinq ans coûte un peu plus cher à l’achat mais la diminution de la fréquence de renouvellement permettra des gains économiques dans la durée.

Plus d'infos : 

Passeport éco-produit >>

L'Espace Eco-Citoyens >>

Empreinte écologique

C’est la pression qu’exerce l’homme sur la nature de par ses activités et pour satisfaire ses besoins en alimentation, en logement, en déplacements, ...
Exemple en 2008 : L’empreinte écologique moyenne d’un français est de : 56 400 m2/an. Or, l’empreinte écologique idéale est de : 18 000 m2/an.

L’empreinte écologique moyenne des français dépasse de beaucoup ce que permettent les ressources de la planète : IL EST VITAL DE LA REDUIRE !

Si tout le monde avait nos habitudes de consommation européennes, il ne faudrait pas 1 planète mais 3,4 planètes pour répondre aux besoins de la population mondiale.

Energie fossile

Désigne un combustible produit à partir de roches issues de la fossilisation des végétaux vivants en : pétrole, gaz naturel et houille (charbon). Ces combustibles sont présents en quantité limitée et non renouvelables à l’échelle de temps humaine.

Energie renouvelable

Est une énergie renouvelée ou régénérée naturellement à l’échelle d’une vie humaine, qui ne s’épuise pas et ne pollue pas, par exemple le vent, le soleil, l’eau….

Les différents types d’énergies renouvelables :

Biomasse, exploitée par combustion :

La biomasse regroupe l’ensemble des matières organiques (qui proviennent des plantes) pouvant devenir des sources d’énergie. Cette énergie est considérée comme renouvelable si on admet que les quantités brûlées n’excèdent pas les quantités produites. On peut citer notamment le bois et les biocarburants.

Energie de l’Eau :

  • Energie des vagues : utilise la puissance du mouvement des vagues,
  • Energie marémotrice : issue du mouvement de l’eau créé par les marées (variations du niveau de la mer, courants de marée),
  • Energie hydraulique : l’eau en altitude possède une énergie potentielle de pesanteur, cette énergie est captée, transformée, lors du mouvement de l’eau qui tend à partir des montagnes pour retourner dans les océans,
  • Energie hydrolienne : les hydroliennes utilisent les courants sous-marins,
  • Energie maréthermique : produite en exploitant la différence de température entre les eaux superficielles et les eaux profondes des océans,
  • Energie osmotique : la diffusion ionique provoquée par l’arrivée d’eau douce dans l’eau salée de la mer est source d’énergie.

Le vent = énergie éolienne

Le sol = énergie géothermique ou énergie interne de la terre

Le principe consiste à extraire la chaleur contenue dans le sol pour l’utiliser sous forme de chauffage ou pour la transformer en électricité.

Le soleil = énergie solaire (thermique et photovoltaïque)

Epizooties

Une épizootie est une maladie frappant, dans une région plus ou moins vaste, une espèce animale ou un groupe d'espèces dans son ensemble. Si l'épizootie touche un continent ou le monde, on parlera de panzootie, alors que si elle frappe une région d'une façon constante (incidence stable) ou à certaines époques déterminées, on parlera d'enzootie.

Une épizootie peut se transformer en zoonose si elle se transmet à l'homme (c'est le cas avec l'ESB  Encéphalopathie Spongiforme Bovine - qui a frappé la Grande-Bretagne et s'est transmise à l'homme sous le nom de maladie de Creutzfeldt-Jakob). Elle peut alors éventuellement évoluer en épidémie (le pendant humain de l'épizootie) ; c'est le cas de la grippe aviaire (une épizootie) qui pourrait devenir contagieuse pour l'homme (une zoonose) et devenir très contagieuse entre les hommes eux-mêmes (une épidémie) - selon l'OMS.

(Source : Wikipedia)

Ecocitoyenneté, écologie et citoyenneté

C'est la conscience politique d'appartenir à un territoire (terre, continent, ou pays selon l'échelle) qui garantit son existence, ce qui implique pour lui des droits et des devoirs par rapport à l'environnement. Par exemple : le droit de jouir d'un environnement sain et le devoir de ne pas le polluer pour conserver cet environnement sain.

L'utilisation du suffixe "citoyen" dans le terme d'écocitoyenneté renvoie à plusieurs aspects de la citoyenneté. Celle-ci est premièrement la caractéristique qui réunit un groupe de personnes dans une même organisation politique d'une société, ou communauté politique. L'éco-citoyen appartient à une entité globale, l'environnement, mais celle-ci est moins évidente dans les représentations sociales que pour le cas de la citoyenneté. Ainsi, la "sensibilisation" à l'environnement et au développement durable contribue à la prise de conscience des individus de leur relation sociale à l'environnement. La citoyenneté manifeste aussi la possibilité pour les citoyens d'agir sur la décision publique, à travers leurs représentants. Dans les sociétés ouvertes, les décisions en matière d'environnement sont difficilement appréhendables tant les acteurs sont multiples et les "représentants" des écocitoyens n'ont pas de réalité homogène.

Chaque écocitoyen a les moyens d’assurer un développement durable par ses actions quotidiennes ou d'en défendre l'idée auprès des autorités (vote, pétitions...etc). C’est-à-dire un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre ceux des générations futures, qui préserve la vie humaine et les écosystèmes, car l'un et l'autre sont intimement liés.

(Source : Wikipedia)