Rechercher une actualité par :

06/03/2017, Union Nationale des Combattants TarbesL'Union des Combattants en assemblée générale

L'assemblée générale de l’Union Nationale des combattants section de Tarbes a eu lieu le mercredi 01 mars 2017 dans la salle du bâtiment des associations de l’Arsenal devant 35 personnes.

Le président a accueilli les participants en leur souhaitant une bonne année. Avant d'attaquer les travaux il a eu une pensée pour les 3 camarades Michel Renault, Augustin Formosa et Michel Clémente décédés en 2016 et les militaires morts pour la France. Il a demandé un instant de recueillement. Jean Pierre Defis a débuté par le rapport moral :'' il fut un temps, pas si lointain, où défiler derrière un drapeau français, qui plus est avec des anciens combattants, était moqué, voire raillé par certains faiseurs d'opinion, qui prétendaient que le patriotisme est du nationalisme. Mais très brutalement, voilà deux ans tout juste, le drapeau a été réhabilité, hélas dans la douleur causée par le fracas du terrorisme. Nous anciens combattants, avons toujours été fidèles aux 3 couleurs. Alors malgré le drame, ne laissons pas passer l'occasion d'exprimer notre satisfaction de constater que l'idée de Nation et patriotisme résiste''. L'association compte 88 membres. Il a retraçé toutes les commémorations, les conseils d’administration, preuve que l'association a une activité débordante. Le trésorier Bernard DELFORGE a lu le rapport financier en présentant les comptes. Ce rapport de trésorerie est équilibré et a permis l’aide directe à 2 adhérents dans le besoin.

Ces 2 rapports ont été votés à l'unanimité et le président FORMOSA est passé alors aux questions diverses.

Il a remercié monsieur Gérard Trémège Maire de Tarbes pour son fidèle soutien au monde combattants. Il a apporté ses plus vives félicitations à Bruno Montagnol, directeur de l’ONACVG pour le travail de mémoire et son appui dans les dossiers de solidarité.

Les engagements fondamentaux ont été tenus par l’association : cultiver la mémoire dans un esprit de liberté et de vérité, sans oublier la défense des droits de réparation et de solidarité.

Il a été interpellé par un adhérent à propos de la médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme qui regrette que son rang protocolaire la place devant les croix de guerre.

L’ensemble des participants a déjeuné au restaurant d’entreprise.